Pour le meilleur et pour le pire

Notre histoire n'est pas différente à celle des autres, mais c'est notre histoire et il nous fait plaisir de vous la partager. Il y a 46 ans, nos parents de 68 ans se sont promis l'amour « pour le meilleur et pour le pire » ne sachant pas que le pire pouvait arriver aussi tôt, et encore moins sous le nom de Alzheimer.

Le tout débute en 2016, où nous constaterons plusieurs changements de comportement chez nos parents. Après des dizaines voire centaines de rendez-vous avec les médecins et spécialistes dans le domaine, on nous confirme l'irréversible, nos parents souffrent tous deux de la maladie d’Alzheimer à un stade modéré. Wow quel choc. À cet âge, le tout dégénère si rapidement, que ma sœur et moi, devons gérer la vente de la maison et des deux voitures, visiter des résidences privées, annoncer à nos parents qu'ils doivent aller se faire dorloter dans un bel endroit, déménager nos parents, rencontrer encore des spécialistes. Ils ont perdu toute cette autonomie en si peu de temps.

« [...] l'automne passé nous devions séparer involontairement nos 2 parents, [...] » 

- IAN BELLEAU

En 2017, nous traversons toujours des montagnes russes, mais les faits sont qu'à l'automne passé nous devions séparer involontairement nos 2 parents, car notre mère était à un stade avancé dans la maladie, donc nécessitait davantage de soins que notre père pouvait lui offrir. Voilà, nous vivons cette réalité depuis plus de 2 ans. Aujourd'hui, notre père qui est atteint de démence fronto-temporale demeure dans une résidence privée, mais nous avons ajouté plusieurs soins complémentaires. Pour ce qui est de notre mère, qui elle souffre d'Alzheimer à un stade plus avancé, c'est l'unité prothétique dans un CHSLD de la région.

Évidemment, pour nous, la gestion est très difficile avec de jeunes enfants (âgés de 3, 6, 10 et 12 ans), mais également avec nos vies professionnelles et actives. Mais heureusement, nous sommes deux et nous sommes extrêmement bien entourés. À nous tous, profitons de la vie !

- Ian Belleau

Retour à la liste des témoignages